Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



Les commandements de la bonne poire qui deviennent plus nombreux au fil du temps.

poire.jpg
1)Une bonne poire ne dit jamais non, ou presque.
2)Une bonne poire est très naïve et se fait souvent avoir.
3)Une bonne poire s’excuse même quand elle n’y est pour rien.
4)Une bonne poire est toujours là pour ses amies les pas bonnes poires.
5)Une bonne poire se sent toujours obligée de consoler ses amies les pas bonnes poires.
6)Une bonne poire dit toujours qu’elle aimerait être une pas bonne poire mais au fond, elle aime bien ça et sait qu’elle a une importance capitale dans la société.
7)La bonne poire n’est pas rancunière pour un sou.
8)La bonne poire est toujours la première mise au courant quand quelque chose ne va pas chez une des ses amies les pas bonnes poires qu’elle aime quand même de tout son coeur pas d’artichaud.
9)La bonne poire sait bien qu’elle ne doit jamais se plaindre aux pas bonnes poires qui s’empresseront gentiment de la laisser tranquille (ou très seule).
10)Une bonne poire fait toujours croire que tout va bien pour ne pas se faire remballer.
11)Une bonne poire sait parfaitement contenir sa colère envers les pas bonnes poires.
12)Une bonne poire sais rire d’elle et reste toujours lucide face à la situation.
13)Une bonne poire est toujours patiente.
14)Une bonne poire ne pense pas quand il est trop tard.
15)Une bonne poire est toujours dans l’extrème.
16)Une bonne poire ne prend aucun problème à la légère.
17)Une bonne poire doit toujours être de bonne humeur quand les pas bonnes poires le veulent (c’est à dire tout le temps).
18)Une bonne poire aime les pas bonnes poires mais fait très attention à leur influence néfaste, elle pourrait passer du côté obscur de la force.
19)Une bonne poire ne froisse jamais une pas bonne poire.
20)Une bonne poire est hypersensible et peut passer du rire aux larmes.
21)Une bonne poire s’autoreproche toujours des choses alors qu’elle n’a vraiment pas de quoi.
22)Une bonne poire répond toujours au téléphone avec une voix enjouée. Même à trois heures du matin.
23)Une bonne poire ne comprend pas les pas bonnes poires quand elles ne donnent pas de nouvelles.

.
 

La vie est un énorme ragot.

copiedep1010052.jpg
C’était un rêve ?
Si c’en était un, il était parfait. Le plus parfait de tous les rêves, ou presque.
Il manquait le grand qui s’est coupé les cheveux et j’aurais bien aimé le voir, pour le serrer dans mes bras.
Mais j’ai vu les autres. D’ailleurs, les autres ça ne leur correspond pas. Ca fait trop banal, ça fait trop camarades de classe.
On va dire les amis. Avec un -e même, puisqu’il n’y avait qu’Amaury comme garçon. Pour une fois le féminin l’emporte sur le masculin.
Dans ce rêve, qui n’en était pas un, je trouve qu’il faisait un peu froid. Mais un froid pas trop grave.
Et à Leclerc, ça allait. Même avec la SPA et les infirmières.
D’ailleurs, je m’en foutais royalement du froid, parce que j’étais heureuse jusqu’aux oreilles.
J’avais des câlins tout chauds de partout et des bisous dans le cou.
Et ça faisait longtemps que je n’étais pas retournée aux balançoires du parc. Ca faisait longtemps que je n’avais pas mangé de tourtons et de ravioles.
Et même le photomaton, ça faisait longtemps. Ou presque.
Maintenant j’ai des photos rescentes et des voix enregistrées. Un cri fait office de sonnerie sur mon téléphone.
J’ai trois billets de train en plus dans mon portefeuilles. J’ai appelé l’étoile à 6 heures du matin pour lui dire des bêtises.
J’ai accordé un ukulele et on a mangé du saucisson brioché en guise de repas de midi et de pseudo-goûter.

Mais on a encore dû partir. Somnoler dans le train et être tristes, à deux.
Et quand je suis rentrée, la première phrase que j’ai entendue c’était  » La prochaine fois, tu n’auras qu’à y rester. »
Je m’en souviendrais. Et j’y resterais plus longtemps.

Noémie, un peu chamboulée de sourires, de câlins et de bisous dans le cou. D’amour quoi.

Mama-Raúl Paz

.
 

Il n’y a plus de danseur de lune. Il est mort dans un linceul de brume.

p1010056.jpg

« Tu es encore dans ton lit, à trois heures de l’après-midi ?
-Jocker.
-Tu choisis quoi ?
-Appel à un ami.
-[...]
-Il dit que t’es où .
-Dans la rue.
-Mais t’es dans ton lit !
-C’est parce que c’est pas mon vrai ami. « 

.
 

Alors nous sommes des détails.

p1000671.jpg

L’adorable fille décoiffée du bus du mercredi m’a fait un sourire.
Un sourire mignon. Et ses grands yeux bruns arboraient de minuscules ridules.
Et elle était encore plus jolie et charmante que d’habitude.

Noémie, funambule sur un rayon de lune.

La valse du danseur de lune- Amélie-les-crayons.

.
 

Des tresses dans les cheveux, j’attendais le hasard.

p1010301.jpg
Je virevolte.

Tant que j’en ai encore le droit, je cours, je saute, je gambade sur la pointe des pieds sur le chemin du retour, à la nuit tombée.
Je dodeline de la tête en jouant de la guitare, assise sur un morceau de muret en charmante compagnie à l’arrêt Sans-Soucis. Je regarde, calmement, les petites mains aux doigts fins qui se déplacent en cadence sur les manches des guitares dans le minuscule appartement.

J’observe par la fenêtre, la tête en l’air, assise à la table solitaire du fond, les personnages en contrebas se rapprocher et se détacher les uns des autres, rire à gorges déployées ou courir pour ne pas être mouillés par les gouttes de ciel qui leur tombent sur le dos.Le mélange de couleurs formé par les parapluies ouverts au dessus de leurs têtes s’offre à moi et, dans un moment d’égarement où j’oublie que je n’en ai pas le droit, j’entrouvre la fenêtre pour sentir la douce odeur de la pluie sur le goudron et dans l’herbe. Je rêve, j’échafaude, j’invente, je réfléchis, je me souviens, le regard perdu dans le vide tandis que le silence n’est pas de mise dans la salle aux murs couleur pêche.

J’oublie un instant ou je me trouve et qui je suis pour me plonger dans la lecture d’un petit recueil de nouvelles, feignant de lire mes notes de cours pour ne pas être découverte alors que quelques minutes plus tard je pense déjà à mon retour par la petite ruelle sombre de l’église, mes pieds claquants dans les flaques et l’eau éclaboussant mes chevilles.
Les yeux plantés dans le bleu ancre du ciel rempli d’étoiles brillantes parfois camouflées par de gros nuages grisonnants.
Je ne me sens jamais seule, toujours avec un murmure musical caressant mes oreilles, Neil Young m’accompagne dans mes escapades.

Noémie, qui danse dans la rue entre les flaques et les étoiles.

.
 

Comme du metal qui carillonne sur mes papilles.

n1430983349300249307017.jpg

Aujourd’hui, j’ai découvert pourquoi j’aimais tant les photographies.

Il y existe beaucoup de personnes qui n’aiment pas ça parce qu’elles pensent que ça fige les instants mais ça ne fige rien du tout en fait. La photographie permet simplement de remettre en scène des morceaux de nos vies que l’on avait oublié.
Elle permet de se souvenir quel était le visage des personnes que l’on aimait tant.
Elle nous rappelle a quel point on a put être heureux. Elle nous fait nous souvenir d’instants qu’on avait préféré oublier et qui finalement, sont si importants dans notre parcours, dans notre vie.
La photographie, c’est tout et rien à la fois.

Noémie, insolite.

.
 

It’s Good For People To Know.

p1010290.jpg

.
 

Fucking Love.

cl.jpg
Jeudi 23 Octobre, 22h37. Il fait froid, le ciel est noir, je t’aime encore.

.
 

L’éponge absorbe, mais il faut la presser pour qu’elle s’exprime.

b6ae1b88f26b81b4.jpg
- Mais pourquoi t’as pas d’écharpe et tu es toute débraillée. Tu vas tomber malade tu sais.
- Mais non, enfin je n’ai pas froid, tu trouve qu’il fait froid ?
- Oui, Noémie il fait froid. T’es pas invincible tu sais, tu ne peux pas tout supporter comme ça.
- Je sais bien. Tu penses que je n’en suis pas consciente ?
- Je ne sais pas. Mais tu pourrais au moins mettre une écharpe et une veste, t’es malade jusqu’au bout des oreilles.
- Bon alors j’en mettrais une demain, pour toi.
- Non, pas pour moi. C’est pour toi que tu dois le faire, imbécile…

.
 

On a laissé tomber la nuit, j’ai écouté battre son coeur.

p9134565.jpg
Mieux vaut tomber de très haut que voler comme un moineau.

Noémie, au fond de ses chaussures.

Tu es- Volo

.
 
12345...9
  • Calendrier

    novembre 2017
    L Ma Me J V S D
    « mai    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

  • Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne

meriem |
S'Space |
Perry Rhodan, Lecture,Touri... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Offres d'emploi GTE
| bienvnue
| L e a f l e t s