Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



Comme si tu savais danser le Tango.

206673306611.jpg
Je crois que j’aime bien les choses inutiles.

Déjà parce que dans mon porte-feuille il y a désormais 24 choses inutiles comme 10 billets de métro utilisés depuis plus de trois mois, une mini-lettre, deux serviettes blanches à carreaux rouges de l’épicerie, un ticket de caisse de la droguerie, un barette de Lara et tout plein d’autres choses encore plus inutiles.

En plus, ma mémoire retient toutes les choses les plus inutiles.
Toutes les dates importantes et moins importantes comme la première fois ou j’ai mangé un tourton et la dernière fois ou j’ai bu un sirop à la rose.
Toutes les couleurs de toutes les choses que portent les gens la première fois que je les vois. . .

Et puis il n’y a qu’à regarder mon mur, il y a une enveloppe avec deux adresses que je connais par coeur depuis la première fois que je les ai lues et elle poireaute depuis plus d’un an, il y a également les papier réservé rouge qui était sur la vitre du train quand nous sommes rentrés du Rond Vert et un article sur la disparition des abeilles…
Ah et puis il y aussi un petit ballon de baudruche blanc et dégonflé avec marqué en bleu dessus « Paul-Sam+ Victor ».

Et sur ma table de chevet, il y a deux des petits haricots rouges qu’Amaury m’a donné à la fin du camp de cette année et deux ocarinas du Pérou. Aller trouver l’utilité de tout ça…

Je me sens légèrement inutile.

Noémie et son ukulele orange.

 

Dis quand reviendras-tu ?-Jamait.

.
 

Pour les gens comme nous.

paysages10.jpg « -Tu l’aime, hein?
-Ouais, je crois.
-Alors ça veut dire que tu as réussi à tourner la page ?

-Non, je ne crois pas. Je pense que je t’aimerais toujours.

-Mais alors ça veut dire quoi?

-Ca veut juste dire que j’ai compris que nous, c’était pas possible.
-Et si un jour ça le devient ?
-Et bien ce sera trop tard, tant pis pour toi.
-Ouah, comme tu as changé en quatre mois.
-Mais je suis toujours le même. J’ai juste appris à vivre sans te voir tous les matins dans le couloir, j’ai simplement compris que je devrais vivre avec ton absence sur le dos. »

Song to say Goodbye- Placebo

 

.
 

Ne pas oublier de se forcer à t’oublier.

dsc00062.jpg
« J’avais cru que si j’enlevais ta photo de mon fond d’écran, de mon portable, de mon agenda, de mon journal, de mon porte-feuilles et de mon sac je réussirais à finalement t’oublier.
Mais en fait c’était naze comme idée parce que ça n’a pas marché.
Je n’ai plus de photo de toi sur moi mais ça n’empêche que je te vois dans mon esprit et que je pense à toi tout les jours, même avec des efforts.
Et si je ne te vois pas en photographie, j’entends ton nom dans chaque phrase et toutes les personnes que je rencontre s’appellent comme toi.
J’ai l’impression que tout le monde parle de toi alors qu’ils ne te connaissent même pas.
Toutes les chansons de mon baladeur me font penser à toi.
Dans chaque mot, chaque phrase, chaque image, chaque paysage je retrouve quelque chose qui me fais penser à toi.
Tu me hantes. C’est ça, tu me hantes.
Je pense à toi tout le temps, tout le temps tu entends.
Je m’endors en pensant à toi, je rêve de toi et je me réveille en pensant que tu es là mais ce n’est jamais le cas.
Et tu m’as vraiment cru quand je t’ai dis que je ne t’aimais pas ?
Comme tu es facile à avoir, une pauvre naïve.
Ou alors tu es une trouillarde et tu as peur d’en parler avec moi. Et ça c’est pire figure-toi.
T’es partie sans me demander mon avis, en te disant que je ne pouvais pas te mentir en disant que je ne t’aimais pas ?
Imbécile. « 

Noémie, et sa boîte à bisous.

.
 

J’ai des amis formidables .

hf65310hansstaub31.jpg

 

C’était un joli bisou. Il était tout doux, tout chaud, tout moelleux, c’était un petit nid d’amour rien que pour moi.
Il m’était destiné à moi et à personne d’autre.
S’il avait été grand, j’aurais même pu m’endormir dedans tant il était confortable.
Il était tout rempli de « je t’aime » et de petites attentions.
Il se promenait sur dans mon cou d’un pas léger, il dansait presque la valse.
Il me plaisait ce bisou là, si j’avais pu je lui aurais fabriqué une petite chambre douillette dans une petite boîte d’allumettes et je l’aurais glissé dans ma poche pour l’emmener partout avec moi.
Il aurait été comme une petite dose d’amour quotidienne, un sourire tendu vers moi le matin.
Et je me serais baladée avec mon bisou entre les doigts.
On m’aurais demandé ce que c’était et j’aurais répondu « C’est mon bisou, il est beau hein ! »

Nono le grelot.

Toi-LaTordue.

.
 

Le monde est à toi.

paquerette3.jpg

Non.
Je ne me réveillerais pas demain matin ou au milieu de la nuit avec un petit corps recroquevillé contre moi ou en bas de mon lit. Je me réveillerais encore seule, le soleil ne sera même pas encore levé lui et je l’attendrais calmement en m’habillant.
Je n’aurais pas de main à attraper rapidement lorsque je me dirigerais vers le petit abri rose ou il y aura déjà une demi-douzaine de personnes.
Je n’aurais personne pour me lire des vieux contes ce soir, quand je serais au chaud sous mon édredon.
Je n’aurais personne a observer, contempler, écouter si je n’arrive pas à trouver le sommeil.
Je n’aurais pas un pied ou une main gelée qui viendra se cacher sous mes mollets ou mon ventre pour se réchauffer.
Je n’aurais qu’un silence lourd, sans un souffle dans mon oreille qui remplirait la pièce.
Je n’aurais que mon odeur et la douceur de ma couverture froide.
J’enfoncerais mon bonnet sur mes oreilles, je jetterais mon sac sur mes épaules et je partirais au lycée.

Noémie, qui n’aime pas dormir seule.

 

 

.
 

Est-ce qu’en vivant avec des remords on s’en sort ?

hippies.jpg

Mettre de la peinture sur les émotions, c’est tout moi.
C’est tellement facile de sourire à tout va pour leur faire gober n’importe quoi.
C’est encore plus facile de leur dire « mais non, je te jure que tout va bien » avec un air calme.
Parce qu’ils s’en fichent de savoir si tu va bien ou pas, c’est une simple formule de politesse.
Et le pire dans tout ça, c’est que je dois être une des plus mauvaises menteuses de la planète, c’est juste hallucinant.

Je pensais bien m’en sortir jusqu’à ce qu’elle s’invite dans ma vie et qu’elle connaisse jusqu’à mes états d’âme.
Rien qu’en me regardant elle savais que je mentais.
Elle me regardais avec ses jolis yeux et elle me disais:
 » Je sais bien qu’il y a quelque chose que tu ne me dis pas, moi je t’ai dis tout ce que je savais alors dis le moi. »
Evidemment que ça se voyait comme le nombril au milieu du ventre ou comme un éléphant dans un champ de coquelicots que je ne lui disais pas tout. C’est juste que je ne voulais pas la décourager. Je ne voulais pas qu’elle perde ses espoirs à cause d’une impression que j’avais.

Je ne voulais pas voir la joie quitter ses yeux. Je ne voulais pas avoir à sortir pieds nus dans le froid pour lui expliquer ce que j’en pensais, simplement parce que je savais que ça ne lui plairais pas et que ça ne lui ferais pas du bien.
Bien sur que je ne voulais pas lui dire qu’elle se foutait le doigt dans l’oeil et jusqu’au coude.

Comme si ça me faisais plaisir de la voir triste et dépitée. En plus elle avait froid.
Je ne voulais pas la mettre dans cet état.

Noémie, interrogative.

 

Juste avant que je- Les Wriggles.

.
 

Et si nous allions manger au arico chatoyant ?

 

s7304104.jpg

 

Je crois qu’ils me manquent beaucoup.

.
 

On a jamais vu un aveugle dans un camp de nudistes.

3e7288f1ec5cea51b8341aef5e8931ce.jpg
Quand je vois Pierre, j’ai envie de lui faire un câlin.
Je crois que la prochaine fois que je le verrais en Arts-Plastiques, j’irais vers lui et je lui dirais: »Pierre, je peux te faire un câlin? »
Parce que oui, Pierre est adorable.
Pierre est blond bouclé et ça lui va tellement bien.
Pierre n’aime pas les couleurs, ça c’est moins bien.
Pierre est trop mignon quand il arrive fatigué le matin.
Pierre a un grand pull en cashemire gris, et un jour je lui demanderais de me le prêter.
Pierre connaît la mélodie de Pierre et le loup.
Pierre est grand mais pas trop.
Pierre a une jolie voix.
Sans aucun doute, Pierre est doué pour l’Art.
Pierre a des grandes mains de dessinateur.

C’est décidé, demain j’irais lui demander un câlin.

Noémie, absurde.

.
 

Mais c’est plutôt que je ne comprend plus rien.

p9204594.jpg

Ça me fais plaisir de savoir qu’il y a quelque part quelqu’un qui pense u
n peu à moi.
Ça m’a fais plaisir de recevoir une lettre la semaine dernière.
Ça m’a fais plaisir de recevoir un nouveau radis et une petit carnet vert avec quelques phrases au crayon à papier.
Ça m’as fais plaisir de recevoir mes six missions pour recevoir mon nom de code dans la secte.
Ça m’as fais plaisir de savoir qu’il voulait toujours me voir maintenant.
Ça me fais plaisir d’avoir des appels en absence sur mon téléphone et ça me fais plaisir qu’on m’appelle pour rien dire, même à minuit et demi.
Ça m’as fais plaisir de rencontrer Anna le week-end dernier parce qu’elle comprend ce qu’on peut ressentir.
Ça m’as fais plaisir de reparler avec Alissa l’autre jour, alors que ça faisait longtemps.
Ça m’as fais plaisir de me souvenir grâce à la chanson mardi.
Ça m’as fais plaisir de retrouver mon album photo de l’année dernière.
Ça m’as fais plaisir que ma soeur pense enfin à moi alors que ça fait5 mois que je ne l’ai pas vue.


Noémie, qui lui collerais bien une claque à ce petit prétentieux.

Imagine- John Lennon

I
p9134576.jpg

.
 

Comme si cette fois-ci on allait s’en sortir.

af78b60e6ec0680c.jpg

 


C’est désespérant.
C’est comme si on allait droit dans le mur et qu’il se trouvait seulement à 10 centimètres de mon nez…
J’ai pris peur le jour même où tu m’en as parlé et plus les jours passaient plus le mur devenait long et plus on se rapprochait de lui. De la connerie, de la pure connerie je te dis.
Et c’est tellement simple de leur faire croire que tout va bien, ce qu’ils peuvent être naïfs !
Alors arrête, arrête s’il te plait, et même si ça ne te plait pas d’ailleurs. T’es en train de tout pourrir.
Ferme ta bouche et casse-toi pour de bon ou reste à côté de moi, mais cesse de te foutre au milieu parce que tu ne peux pas rester là.
C’est comme si j’avais une plaie immense dans mon bras, qu’elle était en train de cicatriser et que toi tu la grattais avec tes ongles sales. Sauf que cette plaie est invisible et c’est quand tu plante tes putains d’yeux dans les miens qu’elle se nécrose, si je pouvais je me roulerais en boule par terre pour ne plus te regarder au milieu du passage ou alors je te flanquerais ma main dans la figure, dans ta si belle figure.
Je ne sais pas comment tu t’es demerdé pour rentrer dans ma vie, d’habitude je ne regarde même pas les gens comme toi qui sont indécis. T’as réussi ton coup hein, je n’arrive même plus à passer une journée sans que ton visage fasse irruption dans ma tête.
Je suis tellement faible face à toi, avec tes deux putain de mots tu peux me mettre à genoux parce que tu sais parfaitement que je ne sais pas me battre contre toi.
Il vaudrait mieux pour moi que tu te barre et que je ne revoie plus ton visage sauf que je préférerais que tu reste, mais faut pas rester là ou tu es, tu sais, après il n’y a plus personne qui peut passer.
Tu sais bien que je n’aime pas ce que tu fais, mais je t’aime toi.
Alors je ne veux surtout pas te retenir tu sais, enfin, c’est surtout que je n’ai pas la force de le faire et que je me casserais la gueule, mais trouve toi vite quelqu’un à aimer pour de bon ou reste et aime-moi mais ne vacille plus parce que tu nous fais du mal à tous les deux.
Mais si tu t’en vas, si tu choisis de me laisser toute seule sans toi, ne viens pas me dire adieu. Si tu t’en vas, je ne veux même plus entendre ta voix.

Noémie, qui va dormir dans son duvet spécial hiver tellement elle a froid toute seule dans son lit.

 

A ton nom-Saez

.
 
123456...9
  • Calendrier

    septembre 2017
    L Ma Me J V S D
    « mai    
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

  • Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne

meriem |
S'Space |
Perry Rhodan, Lecture,Touri... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Offres d'emploi GTE
| bienvnue
| L e a f l e t s